La Grèce et Volkswagen créent une ”île électrique”

VW Greece EV island

La Grèce, en collaboration avec Volkswagen, investit 10 millions d'euros dans l'île montagneuse d'Astypalea pour qu’elle passe à l'énergie verte. À l'aide d'éoliennes et de panneaux solaires, ils veulent faire en sorte que l'île produise suffisamment d'énergie pour alimenter ses habitants et leurs voitures électrique. L'île électrique est née !

Si le monde entier passe aux électriques, où trouverons-nous toute cette énergie ? C'est aussi une question qui empêche les gouvernements et les constructeurs automobiles de dormir. Avec la Grèce, Volkswagen a décidé de mettre en place un banc d’essai. Le cobaye de ce test est Astypalea, une petite île montagneuse de la Méditerranée, à peine plus petite que la ville de Hasselt. La plupart des routes ne sont pas pavées, mais les plages sont très prisées des vacanciers.

Île électrique

La mission de la Grèce (et de Volkswagen) ? Rendre l'île autosuffisante grâce à l'énergie verte. Dans un premier temps, d'ici 2023, le gouvernement local installera une ferme de panneaux solaire de 3 MW qui pourra envoyer son énergie excédentaire vers un système de batteries de 7 MWh. Cela permettrait de combler plus de la moitié de la demande énergétique de l'île et l'ensemble de la flotte de véhicules électriques de l'administration locale. D'ici 2026, des éoliennes pourraient être installées pour fournir 80 % de l'énergie nécessaire à partir d'énergie verte.

VW Greece EV island

Hedno, le gestionnaire du réseau de distribution d'électricité grec, installera également 12 stations de recharge sur l'île. L'objectif est - avec une prime gouvernementale - d'intéresser massivement la population locale aux électriques. Actuellement, l'île compte environ 1 500 voitures qui sont, comme c'est traditionnellement le cas sur les îles grecques, vieilles, usées et cabossées. Volkswagen prévoit d'échanger systématiquement ces voitures contre les ID.3, ID.4, ABT e-Transporter et Seat MÒ Scooter. À son tour, la Grèce accordera une prime à ceux qui veulent convertir leur voiture actuelle en électrique.

Le projet, dont le coût s'élève à 10 millions d'euros, vise à déterminer si la conversion d'îles/villes/municipalités en zones vertes est possible à grande échelle. L'île grecque électrique, ça sonne presque comme une utopie.

Auteur: Auteur: Yves
Commentaires: 0 reacties

Tags

Derniers articles publiés

Commentaires

Laissez un commentaire