Essai : Mercedes-Benz S 400 D 4MATIC (2021)

Mercedes S 400 d 4Matic 2021 essai

"Das Beste oder nichts" (le meilleur ou rien) n’est plus un slogan de Mercedes depuis un certain temps, mais chaque nouvelle génération de Classe S porte toujours cette attente. La nouvelle génération peut-elle se montrer à la hauteur ?

L'époque où la Classe S apportait un nouveau design et une nouvelle technologie sur le marché est révolue. Fini les nouvelles lignes et les nouvelles fonctionnalités qui ont d'abord été introduites sur la plus grande limousine de Stuttgart, pour lentement trouver leur place dans d'autres modèles de Mercedes. Aujourd'hui, les modèles plus petits bénéficient de cet honneur.

Plus longue

Maintenant, prenez le design. Si vous avez vu les autres grandes berlines de la gamme Mercedes, comme la CLS ou la Classe E, les lignes de cette nouvelle génération de Classe S ne sont pas une surprise. La W223 (nom de code V223 en version allongée) a troqué les lignes baroques de sa devancière pour le design plus épuré des autres berlines de Stuttgart.

Cette nouvelle Classe S est également devenue plus grande : 5 cm de plus pour la version - désormais oui - courte (à 5,18 mètres), et 3 cm de plus pour la version longue (à 5,29 mètres). L'empattement a augmenté de 7 et 5 centimètres respectivement, pour atteindre 3,11 mètres et 3,22 mètres. Neuf clients sur dix de la Classe S choisissent la version allongée et, à partir de cette génération, ils peuvent sélectionner les quatre roues directionnelles, qui permettent aux roues arrière de tourner jusqu'à 10 degrés et réduisent considérablement le rayon de braquage de ce cuirassé. Un must absolu, en fait.

Mercedes S 400 d 4Matic 2021 test

HEY MERCEDES

La révolution de cette nouvelle Classe S réside-t-elle donc dans l'intérieur ? Eh bien : non et oui. Les modèles W223 et V223 introduisent le système d'infodivertissement MBUX, le plus grand de Mercedes, que vous pouvez notamment commander avec votre voix via "Hey Mercedes". Seulement... la plus petite Mercedes de la gamme, la Classe A, était devant cette Classe S depuis 2018. La précédente Classe S datait de 2013, lorsque l'infotainment de Stuttgart était encore connu sous le nom de Comand.

Pourtant, le véritable scoop et le progrès par rapport à la Classe S se trouvent dans le système MBUX. Il en est maintenant à sa deuxième génération et a fait un bond en avant considérable. Lorsque vous sélectionnez toutes les options MBUX, vous êtes constamment accompagné d'un majordome virtuel, qui ne se contente pas d'augmenter ou de diminuer le chauffage ou de régler la navigation à la demande, mais qui entend également les passagers sur la banquette arrière, voire anticipe leurs demandes. Par exemple, si vous regardez derrière vous, les stores de la lunette arrière s'abaissent, ou si vous mettez la main dans la boîte à gants, les lumières s'allument automatiquement.

Mercedes S 400 d 4Matic 2021 test

PLUS N'EST PAS TOUJOURS MIEUX

L'intérieur est également devenu plus que jamais un environnement numérique, avec à l'avant un écran d'infodivertissement central en forme de tablette de 12,8 pouces, qui réduit considérablement le nombre de boutons sur le tableau de bord. Il est flanqué d'un tableau de bord également numérique et largement personnalisable, d'un affichage tête haute à réalité augmentée qui projette des flèches sur la route pour indiquer votre direction de navigation, et sur la banquette arrière, des écrans nécessaires aux passagers.

Six écrans, et ce n'était vraiment pas nécessaire. Certes, en amont, l'innovation n'est pas toujours une amélioration. Outre la courbe d'apprentissage que de tels systèmes requièrent toujours, vous regardez plus loin de la route parce que l'écran est plus bas qu'avant, et de nombreuses fonctions ne peuvent pas toujours être utilisées à l'aveugle. L'effet 3D sur le tableau de bord est astucieux, mais sa valeur ajoutée nous a complètement échappé lors de notre semaine d'essai.

Mercedes S 400 d 4Matic 2021 test

DOUCEUR DU MOUVEMENT

Heureusement, le confort des sièges reste à un niveau très élevé. Comme d'habitude dans ce segment, on peut aller dans différentes directions avec l'ameublement et la configuration, et pratiquement aucune Classe S ne ressemble à une autre. Pour la banquette arrière, par exemple, il existe pas moins de cinq variantes différentes et les plus luxueuses d'entre elles font de la place située derrière le passager l'endroit où il faut être dans la Classe S. Massage, chauffage, climatisation, réglages électriques dans toutes les directions et coussins divinement doux sur les appuis-tête,... Bien sûr, il faut payer un supplément, mais le résultat place tout de même cette Mercedes un cran au-dessus de ses concurrentes d'Ingolstadt et de Munich.

En tant que conducteur, vous n'avez pas non plus à vous plaindre de l'avant, même si certains détails attirent l'attention. Des choses que la Classe S précédente faisait apparemment mieux. Prenez par exemple le panneau dans la porte pour contrôler le chauffage des sièges et enregistrer la position du siège dans la mémoire. Alors que la S précédente utilisait encore des boutons séparés, il s'agit désormais d'un seul panneau. C'est du pinaillage, nous le savons, mais à ce niveau, tout se joue dans les détails.

La suspension pneumatique de série compense largement et assure un excellent confort de conduite. Même avec les grosses jantes de 20 pouces, la Classe S préfère osciller doucement plutôt que de transmettre des informations sèches. On peut également opter pour la suspension active à 48 volts, qui scrute la route et anticipe les nids de poule et les bosses, et soulève la carrosserie de quelques centimètres lorsqu'une collision latérale est imminente. Ce dernier point n'est pas nouveau : l'Audi A8 en dispose également. En théorie, la Classe S peut se conduire de manière autonome au niveau 3, bien qu'en pratique, une autorisation légale soit encore nécessaire. Tout comme…l’Audi A8 !

Mercedes S 400 d 4Matic 2021 test

DIESEL ROMANTIQUE

Nous avons essayé la S 400 d 4Matic, un six en ligne à quatre roues motrices (seul le diesel de base est en propulsion) sans support hybride léger, mais avec 330 ch et 700 Nm. Ce couple crémeux fournit beaucoup de puissance et de souffle dans toutes les conditions, de sorte que vous ne douterez pas une seconde du 0 à 100 km/h en 5,4 secondes. Le fait qu'au cours de notre période d'essai, la consommation moyenne de carburant ait été de 7 à 8 l/100 km est un véritable exploit pour une voiture de ce calibre.

Pour le reste, il n'y a pas de révolution à attendre du côté des moteurs : pour l'instant, la gamme se compose de moteurs classiques essence et diesel, mais seuls les essence bénéficient d'une assistance hybride légère - EQ Boost, dans la terminologie Mercedes. Une version hybride rechargeable suivra plus tard et une version entièrement électrique sera bientôt commercialisée sous le nom d'EQS, sous le label EQ de Mercedes.

Mercedes S 400 d 4Matic 2021 test

PRIX

Combien Mercedes demandera pour sa nouvelle Classe S ? 105 270 euros pour la S 350 d en version courte. La différence de prix avec la version longue s'élève à 4 000 à 5 000 euros, des cacahuètes dans ce segment et probablement la raison pour laquelle tant de clients optent encore pour la L. Notre S 400 d 4Matic en version longue a un prix de base de 124 025 euros, mais avec toutes les options, la facture culmine à 160 000 euros.

Si vous magasinez chez les concurrents, vous paierez au moins 92 950 euros chez BMW, et 109 950 euros pour une 740 Ld xDrive, ce qui est plus ou moins équivalent à notre S 400 d 4Matic. Chez Audi, il faudra débourser au moins 92 780 euros et Ingolstadt ne dispose pas d'une version diesel équivalente pour notre S 400 d de 330 ch.

Mercedes S 400 d 4Matic 2021 test

CONCLUSION

Sa devancière disposait déjà de moteurs puissants et d'un excellent confort de conduite, si bien qu'à cet égard, la nouvelle Classe S ne peut pas faire beaucoup mieux. La révolution électrique étant réservée à l'EQS, la grande innovation de cette génération n'est pas immédiatement perceptible au premier coup d'œil. Elle est pourtant là : dans la technologie numérique et vocale. Bien que ces dernières présentent quelques inconvénients mineurs, elles permettent à Stuttgart de reprendre la tête du classement par rapport à Munich et Ingolstadt. En matière de luxe, de sécurité et de confort de conduite, la Classe S est également de nouveau en tête, mais pas toujours avec le même avantage qu'auparavant.

Specificaties

Motor

3,0 litres essence, 6-cylindres en ligne

Vermogen

330pk

Koppel

700 Nm

Overbrenging

Automatique, 9 rapports

Aandrijving

vierwiel

Topsnelheid

250 km/u

Prijs basismodel

€ 124 025.00

0 tot 100 km/u

5.40 sec

Gemiddeld testverbruik

7.00 L/100km

Min. kofferinhoud

550 L

CO2-uitstoot

171 g/km

Auteur: Wim Bervoets
Reacties: 0 reacties

Tags

Laatst gepubliceerd

Reacties

Uw reactie

Recente reacties

Laatste rijtesten

Alle rijtesten

Laatste reportages

Alle reportages

Laatste nieuws

Alle nieuws