Essai : Lexus LC 500h Hokkaido Edition

Test Lexus LC 500h Hokkaido Edition 2023

Les sportives prestigieuses sortent souvent des usines allemandes et anglaises. Cependant, Lexus a aussi un beau coupé dans sa gamme. Il attire de nouveau l’attention limitée en version Hokkaido Edition. Suffisamment pour faire le choix de la japonaise ? On étudie la question.

Quand Lexus sort de son droit chemin, on le remarque. Il y a 7 ans, la marque a fait le pari fou de lancer la LC, un coupé qui venait défier les superpuissances européennes que sont Porsche, BMW et Mercedes-AMG. Il y a cependant de fortes chances qu’on vous ai déjà perdu rien qu’à la mention de son nom. Eh oui, les ventes n’ont jamais vraiment décollé et la LC est restée une présence anecdotique. Mais ce n'est pas la seule raison pour laquelle on pourrait estimer cette Lexus plus jeune qu'elle ne l'est.

GANTS DE VELOURS

En effet, les photos maladroites de votre serviteur sont loin de suffire à rendre hommage à la beauté de la Lexus LC. Même sept ans après son lancement, elle donne encore du fil à retordre à ses concurrentes plus récentes. Il suffit de regarder son nez de supercar, son panneau de toit qui semble flotter ou ses feux arrière qui utilisent des miroirs pour répéter à l'infini la signature lumineuse en forme de « L ». Ajoutons à cela sa rareté et on pourrait presque classer cette Lexus dans une gamme de prix supérieure…

Test Lexus LC 500h Hokkaido Edition 2023

En effet, lorsque on prend place dans les sièges sport merveilleusement confortables de la LC, on oserait même prononcer le mot « Bentley ». Tout n'est pas seulement solidement construit de cette manière, oh non. On a l'impression que chaque voiture a été assemblée de manière experte par huit Japonais Takumi hautement qualifiés, avec des gants de velours – en fait, c'est le cas ! Le résultat final est un habitacle où pas un point n'est mal placé et, dans le cas de notre Hokkaido Edition, ces points maintiennent en place des plaques de cuir souple de couleurs différentes pour le conducteur et le passager. La seule chose qui nuit quelque peu au sentiment d'exclusivité est la plaque encombrante indiquant que cette LC est l'une des 80 Hokkaidi, mais cette mention vaut déjà son pesant d'or.

HYBRIDE OU V8 Hokkaido ou pas, la Lexus LC donne le choix entre deux groupes motopropulseurs. La LC 500 est dotée d'un V8 atmosphérique de 5,0 litres sous le capot, et l'autre est la LC 500h. Comme le suggère le "h", il s'agit d'un hybride autorechargeable, car c'est ainsi que Toyota et, par conséquent, la marque de luxe Lexus, les apprécient le plus. Dans la plus pure tradition Lexus, cette "500" devrait indiquer que, malgré une capacité pulmonaire moindre, l'hybride offre une puissance comparable à celle d'une voiture équipée d'un moteur de 5,0 litres. Pourtant, ce n'est pas tout à fait le cas. Ainsi, la LC 500h se contente de 359 ch grâce à la combinaison d'un V6 de 3,5 litres et d'un moteur électrique, ce qui, selon notre abaque, représente tout de même 108 ch de moins que ce que la LC 500.

Test Lexus LC 500h Hokkaido Edition 2023

Cela se répercute naturellement sur les performances, même si la différence n'est pas trop importante. Par exemple, une LC 500h comme notre exemplaire d'essai accélère de 0 à 100 km/h en 4,7 secondes, ce qui est à peine 3 dixièmes plus lent qu'une LC V8. De plus, le groupe motopropulseur hybride est très performant. Alors que le V6 et le moteur électrique s'affrontent en coulisses pour savoir qui fournira quelle particule de puissance, la réponse à l'accélérateur n'est pas à plaindre. Enfin, la LC 500 hybride ne pèse qu'une cinquantaine de kilos de plus que la LC 500 classique et cette différence ne se ressent pas dans la pratique....

Cela étant, ça peut aussi s'expliquer par le fait qu'elles pèsent toutes deux environ deux tonnes. En conséquence, vous pouvez deviner qu'en termes de sportivité ludique, aucune LC ne se rapproche d'une Porsche 911, bien que la Lexus déçoive également, mais pas sur le plan dynamique.

PLUS GT QUE sportive

La seule chose sur laquelle il ne faut pas compter avec la LC 500h, c'est de passer les vitesses soi-même. En effet, Lexus a eu beau essayer de simuler dix rapports en entremêlant sa transmission CVT habituelle avec une boîte à quatre rapports et un logiciel astucieux, le résultat final n'est pas très naturel...sans parler de la sonorité ! Pour avoir conduit une LC 500 Cabriolet, on peut vous dire que son V8 est l'un des moteurs les plus sensationnellement rugissants du marché. Ne vous méprenez pas : le V6 de l'hybride n'est pas mal non plus, mais ce n'est pas un V8 atmosphérique ! Et comme il s'agit d'une hybride, il se peut que la LC passe en mode électrique lorsque vous désirez faire le beau.

Test Lexus LC 500h Hokkaido Edition 2023

Secrètement, cependant, ce n'est pas ce que cette Lexus cherche à faire. En fait, la LC préfère dévorer les longues distances dans le confort, car la suspension est étonnamment indulgente pour une sportive de deux tonnes. Dans ce contexte, le groupe motopropulseur hybride prend soudain un peu plus de sens que le vieux V8 grincheux, ce dernier consommant facilement 12,0 l/100 km. Notre LC 500h, en revanche, s'est contentée d'une moyenne de 8,6 l/100 km, faisant son travail avec un peu plus de calme et de douceur. Si l'on fait le compte, on pourrait presque dire que l'hybride est le LC le plus logique. À moins, bien sûr, que vous n'habitiez à côté d'un tunnel bien résonnant, auquel cas vous devriez vraiment acheter le cabriolet avec V8…

Interface datée

La Lexus LC est donc plus une GT qu'une voiture de sport, mais ceux qui veulent parcourir de longues distances ont aussi besoin d'espace pour leurs bagages. C'est ce qu'offre le LC...de justesse ! Avec 172 litres, par exemple, deux petites valises sont entassées dans l'espace de chargement, mais heureusement, le reste de vos affaires peut être placé sur la banquette arrière. De toute façon, il n'y a pas de place pour des personnes à part entière dans une "2+2". De plus, le siège passager doit être occupé en permanence, le cas échéant par un majordome que vous engagez pour faire fonctionner l'infodivertissement obsolète à votre place. En effet, en raison de la présence d'un pavé tactile sur la console centrale, il est pratiquement impossible de régler la climatisation ou le système multimédia une fois que l'on est en mouvement. Heureusement, le facelift change la donne, puisque les LC seront simplement dotés d'un écran tactile avec un nouveau logiciel.

Test Lexus LC 500h Hokkaido Edition 2023

Cette transition rend également impossible la configuration d'une LC à l'heure où nous écrivons ces lignes, et on doit donc se fier au dernier prix connu. Celui-ci s'élevait à 126 800 €, que la voiture soit commandée en version hybride ou en version V8. Si vous pensez que c'est une somme importante, nous sommes heureux de vous rappeler que, par exemple, une Porsche 911 de base coûte 4 162,46 € de plus - parce que les Allemands comptent jusqu'au dernier centime. Pour cette somme, les Japonais offrent une voiture presque entièrement équipée, avec des sièges en cuir chauffants et refroidis, réglables électriquement, et d'innombrables systèmes de sécurité. Cette Hokkaido Edition ajoute l'intérieur bicolore, ainsi que des jantes spécifiques et le spoiler adaptatif, par ailleurs optionnel.

CONCLUSION

La Lexus LC est une rareté sur nos routes et c'est un péché mortel. Elle coûte moins cher, équipement compris, qu'une Porsche 911 de base et il y a manifestement beaucoup de gens qui sont prêts à dépenser autant d'argent pour une voiture, car on en voit au coin de chaque rue, pour ainsi dire. On comprend : cette ne se comporte manifestement pas comme une Porsche. Mais regardez-la bien et dites-nous qu'il ne s'agit pas d’une des plus belles voitures du moment ? Non…toujours personne ?

Specificaties

Motor

V6 essence, 3,5 litres + moteur électrique

Puissance

359pk

Overbrenging

CVT + automatique 6-rapports

Transmission

achterwiel

Poids

1 985 kg

Vitesse de pointe

250 km/u

Prix du vehicule essayé

€ 128 290.00

Prix de base

€ 126 800.00

0 à 100 km/h

4.70 sec

Gemiddeld testverbruik

8.60 L/100km

Coffre min.

172 L

Rejet de CO2

184 g/km

Derniers articles publiés

Commentaires

Laissez un commentaire

Commentaires récents

Derniers Essais

Tous les essais

Derniers Chroni

Tous les reportages

Dernières Actualités

Tous les actualités